.
A PROPOS
En chiffres

Témoignages

Recherche de solutions

Contact

 



CHRISTOPHE CLARET - Angelico : Tourbillon à échappement longue détente avec fusée câble
 
Le 09-01-2019
de Christophe Claret SA

Le spectacle de l’absolue précision

En 2019, Christophe Claret fête un double anniversaire : les 30 ans de sa Manufacture et les 10 ans de sa marque. L’horloger continue aujourd’hui d’explorer les territoires techniques de la Haute Horlogerie et enrichit sa collection de montres à complications traditionnelles avec une pièce anniversaire en édition limitée. Le modèle Angelico conjugue pour la première fois dans une montre-bracelet un tourbillon à échappement longue détente avec un système de transmission fusée câble. Quand la quête de l’absolue précision se mue en un spectacle fascinant…

Comment continuer à innover au regard de l’extraordinaire richesse technique qui constitue le patrimoine horloger ? A quels nouveaux défis se confronter quand les virtuoses de l’horlogerie du XVIIIe siècle ont déjà tant accompli dans la mesure du temps ? Telles sont les questions qui traversent les créations de Christophe Claret depuis la fondation de sa Manufacture, au Locle, il y a tout juste 30 ans. Si l’homme cultive une fascination pour la Renaissance, son esthétique et ses courants de pensées, il a puisé l’inspiration dans l’âge d’or de la chronométrie pour développer et concevoir, en interne, Angelico, son nouveau garde-temps éminemment technique.

Nouveau chapitre dans l’histoire de la Haute Horlogerie, le modèle Angelico est ainsi un hommage contemporain à la quête de précision absolue incarnée par les chronomètres de marine du XVIIIe siècle. Pour la première fois dans une montre-bracelet, Christophe Claret relève le défi d’associer un tourbillon à échappement longue détente avec un système de transmission fusée câble. A cette prouesse mécanique qui élargit les horizons de l’horlogerie traditionnelle, il ajoute un second fuseau horaire à saut instantané avec indication jour/nuit et un indicateur de réserve de marche de 72 heures.

Baptisé en référence au « Peintre des anges » de la Renaissance italienne, Fra Angelico, ce garde-temps célèbre les lettres de noblesse de l’art horloger. Un art qui mérite un grand A. « L’Art pour l’Art », selon Christophe Claret.

L’art traditionnel horloger en majesté

Parvenir à équiper une montre-bracelet d’un tourbillon à échappement longue détente traditionnel, mécanisme conçu à l’origine pour fonctionner en position parfaitement stabilisée, est un véritable challenge auquel se sont confrontés les horlogers de la Manufacture du Soleil d’or. Considéré comme la quintessence de la précision chronométrique, ce type d’échappement est né au XVIIIe siècle, à une époque où l’on concourrait pour la construction d’un instrument horaire le plus précis possible, permettant de déterminer de façon exacte la position géographique en mer. Intégré dans des chronomètres de marine montés sur suspension dite « à cardan », ce mécanisme s’est avéré d’une fiabilité hors pair lors des navigations au long cours. Seule faiblesse : une extrême sensibilité aux chocs latéraux, incompatible avec les impératifs de robustesse requis par un porter au poignet.

En véritable puriste de la chronométrie, Christophe Claret a une fois encore emprunté la voie la plus complexe en choisissant, pour la montre Angelico, un échappement à détente longue. Afin d’éviter le renversement de la détente, une came anti-trébuchement, solidaire du balancier spiral, travaille ainsi en binôme avec le doigt de sécurité. Ce fabuleux mécanisme dont la fiabilité avait déjà été éprouvée dans la montre Maestoso est intégré pour la première fois dans un tourbillon.

Pour pallier les risques de galop, une butée souple aménagée sous le balancier absorbe l’énergie excédentaire si besoin. Là encore, le défi est de ceux que quelques rares horlogers virtuoses sont capables de relever.

Placé en majesté au cœur de la montre Angelico, le tourbillon impose magistralement sa lente ronde pour effectuer un tour complet en six minutes, afin de réduire l’impact de son inertie. Christophe Claret a privilégié deux matériaux réputés pour leur légèreté: la cage est ainsi façonnée en titane tandis que les ponts sont taillés dans l’aluminium (316AL). Le choix d’un grand diamètre – la cage du tourbillon fait 16mm – permet d’admirer la beauté de l’échappement à détente. Un spectacle mécanique rare au puissant pouvoir de fascination.

Force constante

La performance chronométrique est une quête sans fin, une ambition et une passion qui toutes trois président à la création de chacune des montres développées, conçues et assemblées depuis 2009 au sein de la Manufacture Claret. Au tourbillon à échappement détente dévoilé au cœur du modèle Angelico s’ajoute ainsi la force constante d’un mécanisme de transmission fusée câble relié au barillet à double ressort. Traditionnellement pourvu d’une chaîne, ce dispositif développé pour assurer une énergie constante au mouvement donne une nouvelle fois la mesure de la capacité d’innovation de Christophe Claret. A la place de la chaîne dont la conception repose sur l’alignement de multiples maillons, l’horloger fait le choix inédit de relier le barillet à double ressort à la fusée par l’intermédiaire d’un câble en nanofibres de Dyneema. Et ce pour deux raisons. Tout d’abord afin d’optimiser le rendement en supprimant tous les frottements des maillons subis par une chaîne traditionnelle. Ensuite, pour augmenter et réguler précisément la réserve de marche : avec 10 tours, le nombre de tours d’enroulement du câble autour de la fusée ou du barillet est doublé par rapport à un système équipé d’une chaîne.

Fin à l’extrême avec son diamètre de 0,18mm – soit l’épaisseur de trois cheveux, ce câble s’avère d’une très grande résistance. Pour exemple, un tel câble suffit à tracter un poids de près de 10 kilos. Si cette force n’est évidemment pas requise pour assurer la transmission d’énergie au mouvement de la montre Angelico, la robustesse du câble constitue un réel gage de fiabilité. D’autant que pour éviter tout risque de rupture, celui-ci est noué puis enroulé deux fois autour du barillet ou de la fusée. Selon le principe de l’auto-serrage que l’on retrouve dans l’arrimage des navires, une parfaite répartition de la force exercée sur le câble est garantie. Au pied du barillet équipé de deux ressorts superposés, pour un rendement optimal, l’enroulement du câble permet de délivrer l’indication de la réserve de marche de 72 heures tandis que la mention « stop work », placée sur le pont de fusée, indique l’arrêt en fin d’armage du barillet.

Le temps en vedette

Si la gageure mécanique reste essentielle aux yeux de l’horloger, la fonctionnalité d’un garde-temps constitue un enjeu de taille. Au cœur de la montre Angelico, le spectacle du temps se mesure aussi à la lumière de la lisibilité des indications. Les deux fuseaux horaires sont ainsi indiqués par heure sautante dans des guichets disposés à 5h et 7h, assortis d’une indication jour/nuit. Pour ne rien entraver de la beauté de la mécanique, la course des minutes s’effectue par l’entremise d’une aiguille périphérique ornée d’un rubis naturel, dans la version en or rose, et d’un saphir bleu dans la version en titane.

D’un point de vue esthétique, la montre Angelico offre une plongée inédite dans la beauté de la mécanique. Surmonté d’une glace dôme, le boîtier en or rose ou en titane de 45.50mm fait de la profondeur de champs son meilleur atout. Si la technique règne en majesté, les détails sont une fois encore parfaitement mis en valeur. Tels les ponts Charles X anglés à la main ou l’incabloc de l’échappement dissimulé sous un rubis naturel ou un saphir bleu, signatures esthétiques de Christophe Claret. A travers le fond saphir du boîtier, le spectacle se poursuit et donne à admirer le mécanisme de saut instantané des deux fuseaux horaires.

Disponible en deux éditions limitées de 10 pièces, en or rose 5N ou en titane, Angelico incarne la symbiose de l’art horloger traditionnel et de l’innovation que Christophe Claret illustre avec brio depuis 10 ans au sein de sa marque. A cette occasion, l’horloger étend à cinq ans la garantie de tous ses garde-temps. Un gage de fiabilité supplémentaire offert aux amoureux de Haute Horlogerie pour lesquels, comme Christophe Claret, rien n’est plus beau que la conjugaison de l’harmonie esthétique et de l’innovation technique.

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved