.
Actualités
Rubriques

Vente

Emploi

Contact

 



Et si vous osiez porter une horloge de gare au poignet ?
 
Le 30-10-2019

Ce cadran carré, vous l'avez forcément vu d'innombrables fois au moment de prendre un train. Son fabricant, Bodet, se lance dans l'horlogerie classique.

Quiconque a déjà voyagé en train, emprunté un avion ou pris place dans un stade connaît, sans le savoir, la maison Bodet. Cette entreprise fondée en 1868 à Trémentines, près d'Angers, s'est spécialisée depuis 150 ans dans l'horlogerie industrielle. Pour connaître l'heure grâce à ses produits, il faut donc généralement lever la tête. C'est un tout autre geste que la marque nous invite à faire aujourd'hui, puisque Bodet présente une collection de montres à porter au poignet. Un seul regard suffit pour constater que les designers ont veillé à préserver soigneusement le look originel. La forme carrée subsiste, tout comme la sobriété du cadran et la clarté des indications.

Un look années 1960

À la tête de l'entreprise familiale, les deux frères Pascal et Sylvain Bodet ont décidé de se lancer dans cette nouvelle aventure pour rendre hommage à leur arrière-grand-père qui, jadis, avait déjà mis au point des montres. Leur première collection baptisée B480 s'inspire de deux horloges de la maison et comprend trois modèles automatiques diffusés en séries limitées. « Distinctif par sa forme peu commune en horlogerie, le boîtier en acier aux finitions polies et satinées revisite en version miniature la géométrie de l'horloge à palettes, emblématique des années 1970 », déclare-t-on chez Bodet, où l'on précise que le cadran évoque un autre modèle célèbre de l'entreprise sorti au cours des années 1960, l'horloge analogique BT480.
Les montres (conçues et fabriquées en France, notons-le) se caractérisent donc par une forme carrée minimaliste, une large ouverture, un fond blanc, des aiguilles biseautées noires et des index en appliques aux lignes nettes. Pour séduire les amateurs d'horlogerie de tradition, les trois modèles disposent d'un fond transparent permettant d'admirer la décoration côtes de Genève du mouvement mécanique à remontage automatique, signé Miyota.

La version B480.1 (40 mm x 37,8 mm) dispose en plus d'une ouverture dans le cadran à 7 heures pour laisser l'œil plonger au cœur des rouages, la petite seconde se positionnant entre 4 heures et 5 heures. La B480.2, légèrement plus grande (40,4 mm x 38,2 mm), offre la même perspective, mais, cette fois, avec une ouverture à 5 heures. Arborant le visage le plus fidèle au cadran de l'horloge Bodet caractéristique des années 1960, la B480.3 se singularise néanmoins par sa seconde centrale en laiton rouge. Afin d'ajouter une touche de personnalisation, Bodet propose un choix de bracelets facilement interchangeables pour adapter la montre aux envies de chacun. C'est un cuir de veau Barénia piqué sellier qui a été retenu en monte d'origine, de couleur ébène ou havane selon le modèle. Mais trois autres teintes permettent de modifier le visage de la montre, en cuir bleu nuit, bronze olive ou rouge cardinal. En cette fin d'année, la marque met sur le marché pour moins de 1 000 euros un coffret collector en chêne, fabriqué en série limitée, comprenant une montre de la collection B480 et deux bracelets supplémentaires.

Le Point

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved