Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Glashütte Original : Le mariage du romantisme et de la précision
 
Le 23-11-2017

Wagner et Bach, Cranach et Dürer, mais aussi la célèbre porcelaine de Meissen : nombreux sont les grands noms de l'héritage culturel allemand, originaires de la Saxe.

Une terre romantique qui a également vu la naissance de la célèbre marque de haute horlogerie Glashütte Original, aujourd'hui dans le giron du Swatch Group.

Un musée dédié à l'horlogerie

A 30 kms au sud de Dresde, la petite ville de Glashütte est indissociable de la haute horlogerie allemande. Sous l'impulsion du Swatch Group, propriétaire de Glashütte Original depuis l'an 2000, un musée y a même vu le jour dans l'enceinte de l'Ecole allemande d'horlogerie érigée en 1882. Sur 1000 m2, on y célèbre « la fascination du temps » à travers l'exposition de plus de 450 pièces uniques : des montres-goussets, des montres-bracelets et des pendules de Glashütte de différentes époques, des chronomètres de marine, des modèles de mécanisme, des certificats et brevets, des outils de travail ainsi que des appareils d'astronomie et des métronomes sont habilement présentés. Un véritable paradis pour les amateurs de haute horlogerie.

Avant d'être célèbre pour son savoir-faire horloger à partir du milieu du XIXeme siècle, la Saxe et sa capitale Dresde furent d'abord riches de leur sous-sol gorgé d'argent, de cuivre, de pierres précieuses et de marbre. L'heure de gloire de cette région sonne sous le règne de Frédéric Auguste 1er entre 1694 et 1733. Fervent admirateur de Louis XIV, il décide donner à la ville de Dresde une splendeur toute française au point d'être très vite rebaptisée « la Florence de l'Elbe ». S'y épanouissent alors l'architecture baroque et le rococo allemands dont témoigne toujours l'incroyable Palais de Zwinger qui compte aujourd'hui parmi les musées les plus importants du monde. Amateur de jolies choses, Frédéric Auguste se lance dans la création de son propre cabinet de curiosités riche d'une collection de 351 échantillons de bois. Enfin, c'est sous son règne que l'alchimiste Johan Friedrich Böttger découvre le secret de la porcelaine blanche capable de rivaliser avec celle venue d'Extrême-Orient, donnant ainsi naissance à la manufacture de Meissen, encore aujourd'hui parmi les plus réputées du monde.

Beauté, précision, stabilité et fiabilité, les valeurs de Glashütte

Au XIXème, au moment où les premiers horlogers s'installent à Glashütte pour occuper une main d'oeuvre expérimentée mais inoccupée depuis la raréfaction des sols, la Saxe aimante déjà depuis des siècles tout ce que l'Europe compte de talents artistiques. Au XVIè, les Princes de saxe assurent la prospérité des Cranach, père et fils. Leur contemporain Dürer travaille aussi pour la cour de Frédéric III de Saxe. Un siècle après, Bach y compose ses Brandebourgeois, plus tard Richard Wagner son Lohengrin, Weber ses messes. Chopin y trouve l'amour tandis que Schuman y écrit un tiers de son oeuvre.

C'est dans cette incroyable effervescence artistique que la haute horlogerie prend son essor à Glashütte autour d'une école créée en 1878. Un maillage de petites manufactures se met alors en place autour des pères fondateurs et prospère rapidement. Beauté, précision, stabilité et fiabilité font, dès cette époque, parti de l'héritage manufacturier de Glashütte dont la réputation dépasse très vite les frontières de l'Allemagne. Au tournant du XXème siècle, les entreprises acquièrent des techniques industrielles rendant la montre bracelet naissante accessible au plus grand nombre. C'est à ce moment que Glashütte ajoute le terme Original à son nom pour se distinguer des imitations qui fleurissent à l'époque.

Glashütte forme ses propres horlogers

A l'approche du deuxième conflit mondial, les horlogers de Glashütte sont sommés de fabriquer des biens pour la guerre. La fin des combats et l'occupation russe entraîne la fusion des entreprises pour constituer un Conglomérat de grande taille qui alimentera le bloc de l'est en montres et horloges de toutes sortes jusqu'à la réunification en 1990, préservant au passage le savoir-faire horloger de la région. La réunification de l'Allemagne en 1990, puis la privatisation et la résurrection de Glashütte Original en 1994 annonce le rachat six ans plus tard par le Swatch group.

Première initiative forte du groupe, la réouverture en 2002 d'une école d'horlogerie portant le nom du père fondateur Alfred Helwig. Elle forme chaque année 12 horlogers et 3 outilleurs. Avec une constante propre à Glashütte, la recherche de la perfection qui fait de chaque montre un instrument aussi beau à l'intérieur qu'à l'extérieur. Deux innovations en témoignent. Tout d'abord la Grande Cosmopolite Tourbillon, soit le chef d'oeuvre le plus surprenant et le plus raffiné de l'histoire de la manufacture développé grâce à quatre brevets différents ! Un bijou de complication produit en 25 exemplaires seulement, qui permet au voyageur de suivre simultanément l'heure du domicile et l'heure locale, de jour comme de nuit, et dans deux des 37 fuseaux horaires du monde. Autre innovation, le mouvement Calibre 36 élève la précision et la stabilité à un niveau inégalé avec une réserve de marche d'au moins 100 heures. Avec des dizaines de détails sophistiqués propres au savoir-faire de la marque comme le polissage à côtes raffinés, les perlages, les vis bleuies ou les fines ceiselures sur les roues et la course du rotor. Chez Glashütte, l'art et la technique n'ont pas fini de se compléter.

www.lesechos.fr

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved