.
Actualités
Rubriques

Vente

Emploi

Contact

 



Singapour, centre du monde et des montres
 
Le 02-10-2019

Alors que la grande Watch Art Exhibition de Patek Philippe vient d’y ouvrir ses portes, Singapour confirme son statut de Suisse de l’Asie. Et plus encore…

À peine 700 km2 de superficie, 5,6 millions d’habitants et un sur dix est au minimum millionnaire. En vingt ans, la cité-État qu’est Singapour s’est métamorphosée, et ce n’est qu’un début. Son prochain défi: déplacer son port, l’un des plus grands du monde, pour agrandir encore la ville… Plus encore depuis les heurts qui agitent Hong Kong, Singapour est devenu le nouveau centre de gravité horloger de la planète, la ville clé au sein de laquelle toute marque de premier plan se doit de s’afficher. Il suffit d’en arpenter les rues et les malls pour être frappé par le nombre incroyable de magasins de montres qui y cohabitent, qu’il s’agisse de boutiques de marque ou de réseaux indépendants telles que les Hour Glass de Michael Tay, le revendeur le plus influent de la planète. Au sein de la «ville jardin», le luxe est partout, et les montres également.

À la fois place financière, port de commerce et désormais également destination touristique, la ville peut aujourd’hui faire et défaire un succès. La cité-État accueille en ce moment tout ce que le sud-est asiatique compte de collectionneurs fortunés et d’amateurs de montres. Le défilé de voitures de luxe, de smokings et de robes de soirées était ininterrompu au sein du Raffles, le grand hôtel au charme britannique atemporel du centre-ville. Tous étaient là, conviés par Patek Philippe pour y découvrir la plus grande exposition horlogère jamais organisée par la marque, jusqu’au 13 octobre prochain.

La marque à l’origine de tant de complications utiles, telles récemment la Calatrava Semainier et la Pilot Travel Time, mais aussi des Nautilus et autres Ellipse, peaufine ainsi son image et sa notoriété auprès d’une clientèle à internationale et aisée, faite d’esthètes et de connaisseurs. Une façon de préparer l’avenir, même si la maison indépendante, l’une des dernières, dirigée par la troisième génération de la famille Stern, ne connaît pas de trou d’air: les volumes de production 2019 devraient être, comme en 2018, aux alentours des 65.000 pièces, pour une augmentation maîtrisée des volumes de 2 à 3% par an.

Cette «Watch Art Grand Exhibition Singapore 2019» présente sur pas moins de 1800 m2 aussi bien les collections actuelles de la maison que les pièces historiques sorties pour l’occasion du Patek Philippe Museum de Genève. Sans oublier les éditions limitées annoncées pour l’occasion, comme lors des expositions précédentes, à Dubaï, Munich, Londres et New York. Au fil de dix espaces thématiques, les collectionneurs, les amoureux de haute horlogerie et le grand public s’immergent dans le monde de Patek Philippe comme s’ils visitaient les salons historiques de la marque, rue du Rhône, à Genève, la manufacture de Plan-les-Ouates et le musée de la maison genevoise.

Des pièces dédiées à Singapour.
Au sein de l’exposition, un espace rend par ailleurs hommage au bicentenaire de Singapour ainsi qu’à l’héritage de la cité-État et de tout le Sud-Est asiatique en matière historique, culturel, artistique et naturel. Le rôle de Singapour comme clé du commerce mondial entre l’Extrême Orient et l’Occident est notamment illustré par une montre de poche genevoise avec décor en peinture miniature sur émail représentant le port de Canton, fabriquée vers 1830 pour le marché chinois. Par ailleurs, la totalité des bénéfices des ventes du catalogue de l’exposition sera reversée au Musée National de Singapour pour préserver les arts et le patrimoine local.

Vous ne pouvez pas vous rendre à Singapour dans les semaines qui viennent? Téléchargez l’application de cette exposition sur votre smartphone pour découvrir à la fois les pièces exposées et leur commentaire audio. Presque comme si vous y étiez…

Le Figaro

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved