.
Actualités
Rubriques

Vente

Emploi

Contact

 



Exportations horlogères suisses
 
Le 27-09-2019

En août, les exportations horlogères suisses ont progressé de 1.5% en CHF par rapport à août 2018. Mais la croissance continue de décélérer.

En unités, les ventes reculent de 12.3%. Si elles augmentent en valeur, c’est grâce au segment Métaux précieux qui progresse de 7.2% en unités et de 5.3% en valeur, et au segment Or-Acier avec +4.8% et +8.8%. Le segment Plastique, qui concerne principalement Swatch Group, voit ses ventes reculer de 15.6% en unités et de 12.4% en CHF. Hong Kong reste le 1er marché d’exportation des montres suisses avec une part de 13.3% (janvier-août 2019), suivi des USA avec 10.8%, la Chine 8.7%, le Japon 7.6%, la Grande-Bretagne 6.4%, Singapour 5.7%, l’Allemagne 5.1%, la France 4.9%, l’Italie 4.5%, la Corée du Sud 4.4% et les Emirats Arabes Unis 4.3%.

Comme on peut le constater, même si les ventes chutent à cause des manifestations, Hong Kong conserve sa place de 1er marché d’exportation des montres suisses. Et fort heureusement, les Etats-Unis, la Chine et le Japon compensent le déclin dans toutes les autres régions du monde. Néanmoins, les perspectives pour les montres suisses restent difficiles avec la crise politique à Hong Kong, le Brexit, les négociations sur les bilatérales entre l’UE et la Suisse, ainsi que le risque d’un conflit militaire dans le Golfe persique.

De l’incertitude également sur une hausse potentielle des taxes douanières sur certains produits de l’Union européenne par les Etats-Unis suite au rapport de l’OMC sur les subventions européennes accordées à Airbus (c’est vrai aussi pour Boeing par les Etats-Unis), comme les biens de luxe, qui pourrait affecter indirectement Swatch et Richemont. L’impact boursier semble plus probable en raison des gestions passives avec des ETF/fonds sectoriels, en l’occurrence le secteur Discrétionnaire, où tout un secteur chute sans discernement si les investisseurs deviennent vendeurs; si l’on observe le comportement boursier, Swatch et Richemont sont même beaucoup plus sensibles à la crise hong-kongaise et aux menaces américaines d’une hausse des tarifs douaniers sur les produits de luxe européens, puisque les actions Swatch et Richemont sous-performent nettement leurs concurrents européens comme LVMH ou Kering depuis deux mois.

La sous-performance boursière patente de Swatch Group sur le long terme traduit les inquiétudes sur les ventes, mais pas seulement. Depuis 7 ans, le cours de l’action Swatch a reculé de 33%, alors que celui de Richemont a progressé de 26%, LVMH de 218% et Kering de 302%. La société n’est pas capable de créer de la valeur pour l’actionnaire. Sa rentabilité sur les capitaux investis ne cesse de diminuer.

Investir

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved