Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Nicola Andreatta prendra la tête de Roger Dubuis
 
Le 19-11-2018

Jean-Marc Pontroué, parti piloter la marque italo-suisse Panerai, sera remplacé par cet ancien de Tiffany dès début décembre

Finalement, un nom est tombé. C’est Nicola Andreatta qui remplacera Jean-Marc Pontroué à la tête de Roger Dubuis dès début décembre. Annoncée cette fin de semaine aux équipes de la marque horlogère en mains du groupe Richemont, cette nouvelle met un terme à des mois de spéculations. Contactée vendredi, la marque n’a toutefois pas encore souhaité confirmer officiellement cette nomination.

En avril dernier, Jean-Marc Pontroué avait été nommé directeur de la marque italo-suisse Panerai (groupe Richemont) en remplacement d’Angelo Bonati. Depuis, aucune nouvelle concernant Roger Dubuis. Durant ces quelques mois, la marque basée à Genève, dont les montres parfois un brin excentriques se négocient entre 10 000 et plusieurs millions de francs, n’avait donc officiellement plus de numéro un.

Selon nos informations, jusqu’à fin juin Jean-Marc Pontroué assurait en fait encore la gestion des affaires courantes et Emmanuel Perrin (directeur des marques horlogères de Richemont) a repris l’intérim depuis le 1er juillet.

De Milan à Genève

Dès le 3 décembre prochain, Nicola Andreatta viendra prendre les commandes. Né en Italie en 1973, diplômé de l’Université catholique de Milan, ce dernier a d’abord exercé comme consultant pour différentes marques horlogères avant de reprendre les rênes du sous-traitant Timeo SA en 2003. Il a ensuite fondé sa propre marque au Tessin, N.O.A Watches, qui commercialise toujours quelques pièces aujourd’hui. En 2013, il a grimpé d’un échelon pour gérer le pôle horloger de la marque américaine de joaillerie Tiffany & Co.

Sa mission chez Roger Dubuis sera claire: la marque doit notamment consolider son équilibre financier. Lancée en 1995 par l’horloger genevois Roger Dubuis et l’homme d’affaires Carlos Dias, l’entreprise a connu des hauts et des bas, mais a toujours peiné à s’installer dans les chiffres noirs. Le groupe Richemont a racheté la marque en deux temps (2008 et 2015).

Avec ses quelque 380 employés et son chiffre d’affaires estimé par Vontobel à 55 millions de francs – une estimation bien trop large, selon différentes sources à l’interne –, elle occupe une place discrète au sein du groupe de luxe genevois. «Qu’on gagne un peu d’argent ou que l’on en perde, cela ne changera pas grand-chose à la trésorerie du groupe Richemont, confessait son ex-directeur général Jean-Marc Pontroué en 2015. Notre objectif est donc de surperformer le marché et de faire grandir la marque sur la durée.»

Valère Gogniat
LE TEMPS

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved