Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Un aveu tragique de Pierre Maudet
 
Le 05-07-2018

Un aveu tragique de Pierre Maudet : n’importe quelle marque de montres peut ajouter « Genève » sur ses cadrans

Non seulement Pierre Maudet, le nouveau président du Conseil d’État de Genève, est un grand « voyageur » aérien, mais c’est aussi un magnifique… planeur, qui évolue dans un monde très éloigné de notre mesquine horlogerie : il vient de faire une tragique révélation aux députés de Genève…

Voici un peu moins d’un mois, Bertrand Buchs, député PDC du nouveau Grand Conseil de Genève, avait posé une « question écrite urgente » au nouveau Conseil d’État de la République et canton de Genève, à propos du fait que, sur la quinzaine d’élèves diplômés de l’École d’horlogerie de Genève en juillet 2017, aucun n’avait trouvé du travail dans une entreprise horlogère. On attendait évidemment la question du nouveau Conseil d’État avec beaucoup d’intérêt.

Cette réponse vient de tomber. Elle confirme malheureusement qu’il y a un vrai problème avec l’École d’horlogerie de Genève (dont les élèves n’ont effectivement pas trouvé d’emploi) : nous y reviendrons dans un message suivant. Signataire de cette réponse, Pierre Maudet, le nouveau président du Conseil d’État, apporte une précision intéressante au député PDC Bertrand Buchs, qui lui demandait aussi ce qu’on pourrait faire pour « mieux protéger le nom de “Genève” sur un cadran de montre ».

La réponse de Pierre Maudet sur ce point précis est aussi terrifiante que mal écrite : « Genève n’étant pas une marque, on ne peut dès lors pas interdire une entreprise d’y apposer le nom “Genève” » (sous-entendu : sur un cadran). Le président du Conseil d’État se perd ensuite en considérations inutiles et hors sujet sur le Poinçon de Genève.

Cet incroyable aveu ne tombera pas dans l’oreille d’un sourd du côté de la Chine, puisque cette réponse du Secrétariat du Grand Conseil (réf. QUE 849-A) est publique : n’importe quelle entreprise horlogère de n’importe quel pays est clairement libre de marquer le nom de « Genève » sur son cadran ! Swiss Made ou pas Swiss Made, Genève ou rien sur le cadran, c'est pareil...

Ou bien Pierre Maudet est dans le vrai, et il va falloir légiférer en urgence à ce sujet pour éviter un tsunami de marques genevoises d’adoption. Ou bien Pierre Maudet s’est planté dans sa réponse et le nom de « Genève » est quelque part protégé de toute exploitation commerciale abusive : dans ce cas, les collaborateurs de Pierre Maudet sont nuls. On vous laisse réfléchir là-dessus...

genevoisrienvenir.blog.tdg.ch

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved