Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Le bijoutier Chopard vise un approvisionnement en or 100 % certifié éthique dès 2018
 
Le 12-04-2018


La mode responsable touche aussi le luxe. La maison Chopard vient d'annoncer qu'elle s'approvisionnerait en or 100 % éthique à partir de juillet prochain. Une première dans le secteur et un véritable défi, puisqu'aujourd'hui les mines artisanales "responsables", que soutient la marque de luxe, ne permettent de fournir que quelques centaines de kilo de ce minerai précieux.

"Voyage vers un luxe responsable"… Le slogan de la maison Chopard va bientôt devenir réalité. À partir de juillet prochain, le joaillier suisse s’engage à utiliser 100 % d’or éthique dans ses créations. Tout l’or qui sera acheminé dans sa fonderie sera ainsi tracé et certifié "durable". Aujourd’hui, seul 5 % de son or l’est.

Depuis 2013, Chopard soutient des mines aurifères artisanales en Amérique latine à travers l’Alliance pour une mine responsable (ARM) dans leur processus de labellisation "Fairmined". Sur le même principe que le commerce équitable, le joaillier verse une prime aux artisans leur permettant de travailler dans des conditions décentes, de percevoir une juste rémunération et de réduire l’impact environnemental du processus. 30 000 pièces de joaillerie ou d’horlogerie en or "Fairmined" ont ainsi été produites en cinq ans.

Mais c'est loin d'être suffisant pour couvrir les besoins de la maison suisse. Pour compléter son approvisionnement, Chopard va aussi miser sur le recyclage et se tourner vers l’or certifié par l’association Responsible Jewellery Council (RJC). Créée en 2005, elle rassemble plus d’un millier de sociétés de la chaîne d'approvisionnement de la joaillerie et suscite beaucoup de critiques.

Un long chemin

"Le RJC s’est positionné comme un leader pour le commerce responsable dans la joaillerie et la bijouterie, mais sa gouvernance, ses normes et son système de certifications comportent des lacunes. Malgré ces défauts, de nombreuses sociétés de joaillerie utilisent cette certification pour présenter leur or et leur diamant comme responsables, ce n’est pas suffisant", souligne l’ONG Human Rights Watch dans un rapport publié en février dernier (1).

Un long chemin reste encore à parcourir pour arriver à un or vraiment responsable. Chopard en est conscient et tente de maîtriser sa chaîne de valeur de bout en bout. Dès 1978, elle intégrait par exemple sa propre fonderie. Outre l’or et les diamants, la maison travaille aussi sur l’approvisionnement responsable en pierres de couleur pour lesquelles il n’existe pour l’instant aucune réglementation.

D'autres joaillers s'engagent aussi pour avoir une production plus responsable. Parmi les Français qui s'appuient sur le label Fairmined, on retrouve ainsi Jem, Paulette à Bicyclette, April Paris, Flore&Zephyr...

(1) Voir le rapport de Human Rights Watch.

www.novethic.fr

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved