Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



De Grisogono se veut rassurant face à l'abandon de son actionnaire angolais
 
Le 06-12-2017

Suite à l’annonce du départ de l’entreprise angolaise Sodiam de l’actionnaire Victoria Holding Limited, la marque genevoise veut calmer le jeu. Aucune restructuration n’est envisagée. À l’aube de ses 25 ans d’existence, l’entreprise ambitionne de devenir l’une des plus importantes marque joaillière et horlogère.

C’est la nouvelle qui a fait jaser en ce début de semaine. Le groupe étatique angolais Sodiam, responsable de la commercialisation des diamants du pays, retirait en effet ses fonds de Victoria Holding Limited, entreprise qui détient 75% du joaillier genevois de Grisogono. Dans ce revirement de situation, il faut comprendre le contexte politique de l’Angola, qui est en lien directement avec la manufacture basée à Plan-les-Ouates.

Une affaire d’Etat

L’Angola a en effet changé de Président en septembre de cette année. Joao Lourenço a ainsi porté serment le 26 septembre et a succédé à José Eduardo dos Santos. Depuis qu'il a pris les rênes du pays, Joao Lourenço a commencé à démanteler pièce par pièce l'empire politico-financier bâti pendant le long règne de son prédécesseur et mentor José Eduardo dos Santos.

Emblème ou caricature du régime familial instauré par Jose Eduardo dos Santos, sa fille Isabel, classée femme la plus riche d'Afrique par le magazine américain Forbes, est tombée la première.

Mi-novembre, un décret présidentiel a tout d’abord mis fin à ses fonctions de présidente de la compagnie pétrolière nationale Sonangol. Puis, elle a perdu le contrôle de Sodiam avec la nomination d’un nouveau président à la tête de l’entreprise étatique. Finalement, cette annonce du retrait définitif de Sodiam de la société maltaise Victoria Holding Limited n’est que le point final de ce revirement. En effet, Victoria Holding est détenu par Sindika Dokola, le mari d’Isabel dos Santos.

Pour rappel, De Grisogono a été acquise en 2012 par Victoria Holding. Ce rachat visait à transformer De Grisogono en débouché préférentiel des diamants angolais destinés à la joaillerie. Une stratégie qui s’est concrétisé avec notamment la pierre «4 de Fevereiro», un diamant de 404 carats découvert en Angola en 2016 dont De Grisogono est devenu propriétaire. Une acquisition qui envoyait De Grisogono au firmament des diamantaires.

Pas de restructuration envisagée

Alors avec ce départ de l’actionnaire Sodiam, quel changement pour l’entreprise genevoise ? «Aucun effet, assure Gianluca Maina, directeur marketing et de la communication de la marque. Sodiam est en effet un actionnaire minoritaire, et son retrait n’aura aucun impact, à court ou à long terme. De plus, de Grisogono utilise des diamants et pierres précieuses provenant du monde entier. Ce changement n’a donc aucun effet particulier sur l’approvisionnement de pierres précieuses.»

Ce départ d’actionnaire ne devrait pas avoir non plus de conséquence sur le personnel de l’entreprise. Il y a deux ans, De Grisogono établissait un plan de restructuration par lequel elle licenciait 19 personnes de son site à Genève, soit environ 10% de l’effectif. Un plan justifié par un contexte économique global très éprouvant et la valeur du franc. «Notre plan de développement n’est aucunement remis en cause par cette situation. Grâce aux mesures prises depuis deux ans, nous avons pu renforcer notre force de vente, consolider notre comité de direction et renforcer le niveau d’expertise et de compétences de notre personnel. Nous employons actuellement 150 personnes à travers le monde.» Idem pour l’actionnariat de l’entreprise, qui reste donc aux mains de Sindika Dokola.

Le wholesale en croissance

Sodiam s’est retirée de Victoria Holding Limited notamment en raison des «résultats négatifs systématiquement présentés par le groupe.» comme on pouvait lire dans le communiqué officiel. Pour ce qui est des résultats de De Grisogono, c’est un autre son de cloche. «Cette année nous avons renouvelé un nombre de boutiques, avons ouverts de nouveaux marchés tels que la Corée du Sud, et avons établi un record historique avec la vente aux enchères du diamant The Art of de Grisogono 1, vendu 33.5 millions de francs n.d.l.r.» Il s’agit sans doute d’une des années les plus importantes dans le plan de développement de la marque. »

La croissance s’affiche tant dans le business Wholesale (+30%) que dans le secteur retail, avec une performance plus significative depuis ses dix dernières années. L’ambiance est au beau fixe également pour le secteur horloger, mis en retrait depuis la restructuration en 2015. La marque prévoit des nouveautés dans ce secteur à l’occasion de Baselworld 2018.

La marque célèbrera l’année prochaine son 25ème anniversaire. «Notre objectif est de devenir l’une des plus importantes marque joaillière et horlogère. Aujourd’hui, le bilan de ce quart de siècle est extrêmement positif. Nous poursuivons les objectifs de renforcer la marque au niveau de la haute joaillerie et de la joaillerie. D’un côté avec des collections joaillière iconiques dans une gamme de prix entre 5000 et 100.000 francs et de l’autre avec des pièces de haute joaillerie exceptionnelles fabriquées à Genève dans nos ateliers.»

Cet article vous est offert par Swissquote
Matteo Ianni
AGEFI

 



Copyright © 2001 - 2017 Inter Group News All Rights Reserved