Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Fabergé: les montres vendues online soutiennent la visibilité
 
Le 06-09-2017

Nouvel acteur indépendant, Fabergé a relancé sa collection de montres en 2015 en basant toute la production à Genève.

La maison Fabergé a relancé sa collection de montres lors du salon Baselworld en 2015.

Historiquement, Fabergé produisait des montres, des objets en hommage au temps, mais récemment elle vendait des montres sous licence. Depuis, un maximum de 200 modèles sont produits chaque année dans leur atelier à Genève où travaillent deux personnes.

Dans la tradition workcraft de la maison, chaque fournisseur est sélectionné selon des critères rigoureux. La plupart des montres Fabergé, dont l’échelle de prix va de 14.000 dollars à 245.000 dollars, sont vendues sur le site internet de la marque, ainsi qu’auprès d’un réseau d’une cinquantaine de partenaires retail dans le monde. La marque horlogère est présente, comme une dizaine d’horlogers suisses indépendants, sur la nouvelle plateforme TrueFacet.

Aurélie Picaud, directrice horlogère, chez Fabergé, répond aux questions de L’Agefi.

Quelle est la répartition entre vos ventes digitales et dans le réseau retail et pour quel chiffre d’affaires?

Nous ne communiquons pas sur nos chiffres, mais la part du digital a été considérée et ce, dès le début du lancement de la collection en 2015, en parallèle d’un réseau de d’une cinquantaine de détaillants multimarques et de nos propres boutiques, aux Etats-Unis(1), à Londres(2). La plupart de nos montres dont le prix varie entre 14.000 et 245.000 dollars sont disponibles sur notre site web.

Quels sont vos objectifs de vente?

Pour la répartition de nos ventes, notre objectif est d’atteindre 45% dans les montres, 45% dans la joaillerie et 10% dans les objets. Les montres lancées depuis trois ans représentent environ 35% de notre chiffre d’affaires aujourd’hui. Nous sommes déjà ravis de ces chiffres, étant donné que nos premières montres sont effectivement sur les marchés depuis à peine 2 années et qui s’adressent à une clientèle internationale.

A l’instar d’une dizaine d’horlogers indépendants suisses, Fabergé est distribué sur la plateforme américaine TrueFacet, lancée en août 2017.

TrueFacet nous offre une visibilité inégalée sur le marché américain, qui reste importante pour nous. Les séries limitées et les pièces uniques ne sont pas disponibles sur TrueFacet, où nous distribuons uniquement nos pièces courantes. La visibilité et la notoriété sont des défis pour une marque de niche jeune comme Fabergé.Nous devons communiquer sur le fait que nous faisons des montres.

Nous procédons par étapes pour étendre notre distribution. Nous prenons donc notre temps pour choisir des partenaires de qualité. La plateforme, grâce à la visibilité apportée à Fabergé et à nos produits, doit pouvoir soutenir nos partenaires détaillants aux Etats-Unis.

Le siège social de Fabergé est situé à Londres, mais l’activité d’horlogerie est à Genève. La production de montres est-elle entièrement réalisée à Genève?

Suite au rachat de Fabergé par Pallinghurst, notre siège (50 collaborateurs au niveau mondial) est de facto basé à Londres. Mais le choix de Genève s’imposait comme berceau de la haute horlogerie pour la fabrication de nos montres.

Je travaille, basée à Londres, mais souvent aussi sur Genève, avec trois personnes dans l’équipe, dont deux basées sur Genève: une responsable des achats et de la logistique et un horloger, en charge de la partie technique horlogère, qualité et SAV.

A l’instar de Peter-Carl Fabergé, qui choisissait les meilleurs artisans pour la fabrication de ses objets, et notamment les œufs impériaux, Fabergé continue à sélectionner les partenaires les plus aptes. Nous adaptons au goût du jour ce qui se faisait à l’époque. Et dans une montre, l’ADN de Fabergé est encore plus présent.

Tout vient de Suisse, à l’exception de l’émail, d’un de nos fournisseurs historiques pour la joaillerie et qui vient d’Allemagne. Nous assemblons toutes nos montres à Genève. A l’avenir, l’idée serait de nous ancrer solidement à Genève, afin d’obtenir le poinçon de Genève.

Vous étiez à Baselworld pour le lancement de vos montres. Ce salon connaît récemment une défection de certaines marques. Serez-vous présent pour l’édition 2018 ? Qu’en est-il du SIHH ?

Nous prendrons notre décision en fonction de l’évolution et des marques présentes à Baselworld. Quant au SIHH, la question peut légitimement se poser. Nous allons suivre l’évolution avant toute décision. Les salons sont importants pour la rencontre avec l’industrie.

Pour les clients, nous organisons aussi des évènements exclusifs durant lesquels nous pouvons véritablement transmettre l’histoire de notre maison.

Interview: Elsa Floret
AGEFI

 



Copyright © 2001 - 2017 Inter Group News All Rights Reserved