.
Actualités
Rubriques

Vente

Emploi

Contact

 



La montre de sport dans tous ses états
 
Le 19-11-2019
de Fondation de la Haute Horlogerie

Depuis l’avènement des montres sport chic dans les années 1970 jusqu’à la naissance des « smartwaches », un certain nombre de facteurs a influencé la trajectoire de ces modèles taillés pour la compétition. Parmi eux, la course à la performance des athlètes qui n’hésitent plus à porter leur montre fétiche lors des joutes sportives.

Il s’est passé presque un demi-siècle depuis l’apparition de la première montre de luxe sportive : la Royal Oak d’Audemars Piguet. De nos jours, on constate une nette évolution dans cette catégorie de montres, due notamment aux nouvelles technologies et au niveau de compétition entre athlètes. En un mot, la montre sport est désormais dédiée à la performance. Les amateurs ne veulent plus de garde-temps qui en « jettent » lors du barbecue familial ou au bureau, ils recherchent aujourd’hui une montre capable de résister aux conditions les plus extrêmes. Autrement dit, une montre en mesure de remplir sa fonction première.

À l’origine, les montres de sport ont été créées dans un but spécifique, comme les montres instruments. À tel point que la frontière entre ces deux catégories est restée floue pendant longtemps. Avec les montres instruments toutefois, la forme suit strictement la fonction, alors que les montres sport ne sont pas dénuées de recherches stylistiques. Cette distinction est devenue plus flagrante depuis l’avènement des montres sport chic dans les années 1970 pour combiner le design d’une pièce élégante, voire tendance, avec les fonctions d’un modèle sport. Une évolution, somme toute similaire à celle qu’a connue le denim. Réservé à la base aux vêtements de la classe ouvrière, il est entré par la grande porte dans les collections des couturiers. Dans le même ordre d’idées, les modèles sport de luxe sont devenus des montres élégantes.

Un outil tendance

Il n’est pas impossible que cette tendance remonte à plus loin que la Royal Oak. Jaeger-LeCoultre a créé la Reverso dans les années 1930 pour les joueurs de polo, l’un des sports les plus violents voulant que les montres portées lors des joutes soient susceptibles de résister à un coup de maillet ou à un lancer de balle dure. La plupart des montres ne survivaient pas à un tel traitement jusqu’à ce que la Reverso mette tout le monde d’accord, qui plus est avec un remarquable style Art déco. En d’autres termes, Jaeger-LeCoultre a créé une montre robuste, dotée d’un boîtier réversible breveté, qui s’apparentait davantage à un outil plutôt qu’à un garde-temps standard. Mais il n’aura guère fallu de temps aux faiseurs de tendance pour se l’approprier. La partie métallique du boîtier, initialement destinée à servir de bouclier, est ainsi devenue un espace de personnalisation, quand le modèle n’a pas servi au développement de complications horlogères, si bien que la Reverso a rapidement quitté le champ fonctionnel.

Les montres sport chic comme la Reverso ou la Royal Oak auront toujours leur place dans le monde horloger comme dans celui de la mode. Néanmoins, en termes de performances, elles ne peuvent rivaliser avec les montres intelligentes d’aujourd’hui. Certains horlogers traditionnels n’ont ainsi pas hésité à s’aventurer dans cette technologie. TAG Heuer a été l’une des premières Maisons à le faire avec la Connected, et plus tard avec la Golf, une montre spécifiquement conçue pour ce sport. Les fonctions de cette montre sont impressionnantes. Elle permet, entre autres, de calculer la distance des drives, les scores et propose une représentation en 3D de plus de 40’000 terrains de golf de par le monde. Malgré tout, cette montre manque de charisme avec son design intentionnellement pratique qui va certainement la tenir à l’écart des communautés sensibles aux tendances de la mode. Finalement, ce modèle correspond plutôt à un accessoire technologique qu’à une pièce d’horlogerie.

Des partenaires tout en muscles

D’autres manufactures vont directement à la source et engagent des athlètes professionnels pour les aider à concevoir leurs montres de sport, celles qui résistent à tout. De tels partenariats entre marques horlogères et athlètes ne datent pas d’hier. Dans les années 1970 par exemple, Tudor avait déjà eu recours à la championne de ski nautique Leigh Hansen pour promouvoir sa Princess Oyster Date. Idem avec Heuer et Steve McQueen pour la Monaco. Durant des années, on a bien vu des sportifs arborer leur montre « fétiche » lors d’interviews ou pour des publicités, mais rares étaient ceux qui les portaient en compétition, à l’instar de Phil Mickelson, qui ne se séparait pas de sa Rolex sur les greens. Mais depuis une décennie, le phénomène s’est multiplié au point que la vision d’une Serena Williams frappant la balle sur les courts son Audemars Piguet au poignet ne choque plus personne.

Une certaine manufacture a parfaitement intégré cette nouvelle tendance, à savoir Richard Mille. Depuis son entrée en scène en 2001, la marque se concentre sur la création de montres construites pour la performance. Avec un fort penchant pour la course automobile, son fondateur conçoit ses garde-temps avec une approche qui peut s’apparenter à celle de l’industrie automobile. De fait, l’utilisation de matériaux composites issus notamment de l’aéronautique ou la F1, alliée à des techniques d’usinage ultra-modernes, est la marque de fabrique Richard Mille. Résultat : les montres de la marque battent des records de légèreté pour une résistance aux chocs hors du commun. Aucun doute, cette marque est le partenaire idéal pour des athlètes professionnels comme le golfeur Bubba Watson, le tennisman Rafael Nadal ou le footballeur Odell Beckham Jr.

L’inconvénient avec Richard Mille, c’est qu’avec un prix moyen de l’ordre de 200’000 francs les montres de la marque sont réservées à une élite fortunée. Un constat valable pour les futures montres de sport ? Ou peut-être que la montre de sport ultime n’a pas encore été inventée ? En tout état de cause, les nouveaux matériaux et les techniques industrielles de pointe ne sont pas l’apanage de Richard Mille. Ces pratiques deviennent de plus en plus courantes au sein de l’industrie. Alors, bientôt une montre de sport performante et abordable ?

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved