.
Actualités
Rubriques

Vente

Emploi

Contact

 



Exportations horlogères en 2013 Croissance modérée, niveau élevé
 
Le 06-02-2014
de FH - Fédération de l'industrie horlogère suisse

L'horlogerie suisse a connu une bonne année 2013 dans son ensemble. Ses exportations, qui n'ont jamais été aussi élevées, ont atteint l'équivalent de 21,8 mi/lliards de francs. Cette valeur est supérieure de 400 millions de francs à celle réalisée en 2012, ce qui correspond à une hausse de 1,9%.

Attendue comme une année de consolidation des résultats à haut niveau, 2013 aura tenu ses promesses. La variation annualisée a clairement ralenti depuis fin 2012, passant de +11,0% à +1,9%, mais elle est restée positive tout au long de l'année. Conforme aux prévisions, le second semestre (+3,0%) s'est révélé meilleur que le premier (+0,7%). Le ralentissement de la croissance a principalement été observé au cours de la première moitié de l'année, qui a notamment compté trois mois en recul. La période juillet-décembre a régulièrement enregistré des progressions, permettant de stabiliser la variation annualisée à son niveau actuel.

Reposant ainsi sur une base solide, les exportations horlogères devraient continuer de croître en 2014. Les premières estimations indiquent une progression plus soutenue qu'en 2013. L'ensemble des régions y contribuera, même si l'Extrême-Orient affichera un dynamisme plus modéré.

Les produits
Les montres ont représenté près de 95% de la valeur totale exportée en 2013. Elles ont réalisé une croissance de 2,0%, à 20,6 milliards de francs. En volume, la Suisse a exporté 28,1 millions de pièces. Il s'agit d'une diminution d'un peu plus d'un million d'unités (-3,6%) par rapport à 2012. Les principales matières ayant contribué à ces évolutions sont l'acier (+4,9%) et la catégorie des autres métaux (+15,7%) pour la valeur, tandis que les métaux précieux sont restés stables (-0,3%). En nombre de pièces, les catégories des autres matières (-8,4%) et des autres métaux (-11,7%) ont pénalisé le résultat global. L'augmentation des montres en acier (+1,0%) n'a de loin pas suffi à compenser cette baisse.

Les résultats n'ont pas été identiques pour tous les segments de prix. Les montres de moins de 200 francs (prix export) ont vu leurs volumes diminuer de 8,5%, à 18,2 millions de pièces. La catégorie 200-500 francs s'est distinguée par de très fortes hausses tout au long de l'année, aussi bien en nombre de pièces (+14,2%) qu'en valeur (+12,7%). Au-dessus de 500 francs, les variations ont été de faible ampleur. Entre 500 et 3'000 francs, la valeur a légèrement diminué (-1,4%) pour un volume stable (+0,2%). Les garde-temps de plus de 3'000 francs ont sensiblement contribué à l'augmentation de la valeur totale, avec une croissance de 2,8%.

Les marchés
(voir l'image ci-contre)
La croissance des exportations horlogères a été principalement portée par l'Europe, particulièrement durant le premier semestre. L'Asie a connu un début d'année négatif, mais a joué un rôle moteur à partir de l'été. Le continent américain a montré une croissance modérée mais très régulière.

Les quinze principaux marchés d'exportation de l'horlogerie suisse se sont majoritairement inscrits en hausse. A contre-courant, Hong Kong a connu des résultats négatifs durant les deux tiers de l'année, pour un résultat final en baisse de 5,6%. Les Etats-Unis ont vu leur rythme de croissance ralentir puis se stabiliser en deuxième partie d'année, dans la moyenne mondiale. Après une année 2012 plate, la Chine a enregistré le moins bon résultat du tableau (-12,5%). Elle a connu des baisses marquées, particulièrement au premier semestre.

En Europe, plusieurs marchés ont joué un rôle important pour les exportations horlogères suisses. L'Allemagne est restée la locomotive du Vieux-Continent, grâce à une progression soutenue (+9,0%). L'Italie a également contribué à la hausse, mais de manière plus modérée (+4,6%). La France, dont la situation s'est nettement détériorée au printemps et en été, a terminé l'année sur un recul sensible (-9,6%). En neuvième position, le Royaume-Uni a bouclé sur une des plus fortes augmentations (+18,2%) et n'a connu un ralentissement que durant le quatrième trimestre.

Parmi les autres débouchés asiatiques, le Japon et la Thaïlande ont augmenté plus que la moyenne, Singapour et Taïwan n'ont pratiquement pas varié et le Moyen-Orient a affiché une hausse à deux chiffres (+10,7%).


Léger rebond de la croissance en décembre
L'année 2013 s'est terminée par un léger rebond de la croissance pour les exportations horlogères. Le mois de décembre a atteint un niveau de 1,8 milliard de francs, soit une progression de 3,8% par rapport à décembre 2012. Le résultat annuel s'est ainsi établi à 21,8 milliards de francs, dépassant de 1,9% la performance réalisée en 2012.

Parmi les principales matières habillant les montres, l'or et l'acier ont vu leur valeur augmenter dans la moyenne de la branche. En revanche, les montres bimétalliques ont affiché une légère baisse, mais largement compensée par d'autres matières. Le nombre de garde-temps exportés en décembre s'est inscrit en hausse grâce à la seule catégorie des autres matières.

Les différents segments de prix ont connu une croissance homogène durant le dernier mois de l'année 2013. La valeur des quatre gammes de prix habituelles a augmenté entre 3% et 5%. En dessous de 3'000 francs (prix export) le nombre de montres exportées a progressé de 3,5%. Au-delà de cette barre, les volumes sont restés stables (-0,7%, soit moins de 1'000 pièces d'écart).

Les exportations horlogères suisses à destination de Hong Kong, qui auront été en baisse durant les deux tiers de l'année, ont terminé l'année par un faible recul, poursuivant leur redressement progressif. Troisième débouché, la Chine a également affiché des reculs la plupart du temps en 2013, mais elle s'est inscrite en forte hausse en décembre, notamment grâce à un effet de base très favorable. Entre deux, les Etats-Unis ont maintenu leur rythme de croissance modéré. En Europe, le mois de décembre n'a pas été représentatif des tendances observées au cours de l'année écoulée. La France a ainsi présenté une croissance, tandis que l'Allemagne et l'Italie ont atteint un niveau inférieur à celui de décembre 2012. Parmi les principaux résultats, le Japon a connu un fort rebond et Singapour est resté dans la moyenne mondiale.

 



Copyright © 2001 - 2024 Inter Group News All Rights Reserved