.
Actualités
Rubriques

Vente

Emploi

Contact

 



HH Magazine n°31: La crise profite au marché de la contrefaçon
 
Le 26-10-2009
de Fondation de la Haute Horlogerie

Le manque de sensibilisation quant au fléau de la contrefaçon fait que beaucoup d’internautes se jettent sur des produits faciles à acheter et très attirants par leur rapport qualité-prix. Il n’en reste pas moins que ces mêmes consommateurs alimentent le nouvel eldorado du crime organisé.

Sans aucun doute, l’année 2009 aura marqué une évolution sans précédent en ce qui concerne le marché de la contrefaçon horlogère. En temps de crise, il n’est pas si paradoxal d’enregistrer une baisse du chiffre d’affaires des grandes marques d’un côté, et de l’autre une hausse de celui du marché de la contrefaçon. La demande pour des produits originaux est certes toujours bien présente mais les moyens pour les acquérir, eux, le sont nettement moins. En outre, on peut noter que les principaux produits touchés par la crise sont les montres haut de gamme dont les prix s’étendent de € 6.000 à plus de € 50.000. Les plus chères d’entre elles sont principalement destinées à des collectionneurs qui, bien que passionnés par la Haute Horlogerie, n’en sont pas moins des investisseurs avertis. Pour ce qui est du marché du faux, les prix ne sont en aucun cas sujets à de tels écarts et leurs variations sont davantage liées à la qualité de fabrication des matériaux. Tout au plus, pour une montre contrefaite de « qualité », le « consommateur » devra dépenser entre € 600 et € 700.

Notons ici un autre point important concernant les produits contrefaits : l’importance des mouvements. Si ces derniers étaient totalement négligés il y a à peine deux ans par les contrefacteurs (faux mouvements ETA de mauvaise qualité), il semble bien qu’aujourd’hui, ils soient devenus une priorité. De plus en plus de marques ont effectivement « ouvert le capot » de leurs nouveaux modèles avec pour objectif de permettre au consommateur d’apprécier la qualité du moteur. Les fabricants de contrefaçons ont de leur côté bien noté cette évolution et ont très vite compris que le consommateur appréciait ce type de détail. C’est ainsi qu’aujourd’hui, on commence à voir des fausses montres équipées de mouvements dont la qualité s’améliore de façon alarmante. (Lire le premier encadré)

Des actions sans réel impact

De plus, le manque de sensibilisation quant au fléau de la contrefaçon a fait que beaucoup d’internautes se sont jetés sur ces produits faciles à acheter et des plus attirants par leur rapport qualité/prix. Il n’en reste pas moins que malgré les apparences, ces mêmes consommateurs ne font qu’alimenter le nouvel eldorado du crime organisé : le délit quasi sans risque. C’est précisément ce que l’on entend par manque de sensibilisation. Il est très facile pour un consommateur de justifier son acte par un manque de connaissance du sujet, tout en prétendant que son achat isolé ne contribuera en aucun cas au manque à gagner annoncé par les protagonistes de la véritable horlogerie suisse. Jusqu’ici, le combat anti contrefaçon a été appréhendé sur différents fronts : investigations, saisies, arrestations, fermetures de réseaux clandestins, etc. Sur ce plan, un travail assez considérable a été réalisé ces dernières années. Des campagnes d’intimidation sur les risques juridiques encourus par le consommateur lui-même ont ensuite pris le relai, suivies par des campagnes de sensibilisation aux préjudices causés à l’économie, aux marques et au marché du travail. Mais si l’on en croit les statistiques, l’ensemble de ces actions ne semble pas réellement pousser le consommateur à se retirer d’un marché en pleine expansion. Quels sont ces chiffres ? En 1982, la contrefaçon rapportait $ 5 milliards de chiffre d’affaires tous produits contrefaits confondus. Aujourd’hui, ce sont près de $ 250 milliards qui sont générés par un marché qui représente bien peu de risques en matière pénale pour les contrefacteurs comparé au trafic de drogues ou à d’autres activités criminelles connexes.

Crime et contrefaçon

Si, par le passé, cette activité frauduleuse n’attirait que des bandes organisées isolées, il en va tout autrement aujourd’hui. Sur les 17 organisations criminelles les plus importantes du globe, 14 d’entre-elles sont impliquées dans le trafic de contrefaçon (DVD, médicaments, horlogerie, vêtements, etc.). Cet argument n’est-il pas suffisant pour sensibiliser le public au type de marché qu’il entretient lorsqu’il achète du faux ? Précisons alors que 6 organisations sur les 17 sont également impliquées dans l’exploitation humaine, le blanchiment d’argent, les transferts de fond illégaux, la prostitution, le trafic de drogues et d’armes. Dans ce contexte, Internet est une façade très efficace lorsqu’il s’agit de détourner l’attention du consommateur. Il est effectivement peu probable que ce dernier s’inquiète de quoi que ce soit en surfant sur un site au design professionnel, présentant des produits contrefaits criants de vérité (sur les photos uniquement) et à des prix défiant toute « concurrence ». Le consommateur doit donc aujourd’hui prendre conscience des conséquences de ses actes d’achat avec un point de vue nettement plus large qu’une simple vue plongeant sur son tour de poignet. D’autant que les risques et les répercutions encourus, notamment d’un point de vue pénal, sont non négligeables aujourd’hui pour l’acheteur de faux, sans parler du danger consistant à devenir bien malgré lui la cible d’autres activités tout aussi répréhensibles. (Lire le deuxième encadré)

Les grandes marques à l’heure mexicaine
Les Mexicains, connus pour leur nature passionnée, cultivent un goût immodéré pour la qualité et l’exclusivité. La Haute Horlogerie n’aurait pu rêver meilleure vitrine pour ses produits que le Salón Internacional de Alta Relojería à Mexico. Lire la suite


Patek Philippe garantit la pérennité des garde-temps sur plusieurs générations
A l’image de la manufacture genevoise où sont formés ses horlogers, Patek Philippe a inauguré en Espagne un Service technique complet susceptible d’assurer aussi bien la réparation de montres contemporaines que la restauration de pièces historiques. Lire la suite

Vincent Bérard, une marque intimement liée à la philosophie de son créateur.
En créant sa société d’art horloger au printemps 2003, Vincent Bérard décide de réaliser son rêve, ou plutôt sa vision d’une horlogerie différente. Six ans plus tard, la marque qui porte son nom a pris son envol dans la magnifique ferme neuchâteloise qui lui sert d’écrin sur les hauts de La Chaux-de-fonds. Lire la suite

La Société suisse de chronométrie à l’ère de la « roue » carrée
Un vif succès pour la 13e Journée d’étude de la Société suisse de chronométrie qui avait pour thème les complications horlogères. La présentation d’engrenages non circulaires par un chercheur de la HE-Arc a suscité un grand intérêt. Lire la suite

Regroupement des activités fleurisannes chez Vaucher Manufacture
Le 4 septembre dernier, la manufacture VMF (Vaucher Manufacture Fleurier) que dirige Florian Serex inaugurait son nouveau bâtiment à Fleurier. Une opération de regroupement qui souligne le dynamisme du pôle horloger de la FFS (Fondation de Famille Sandoz) présidée par Pierre Landolt. Lire la suite

Revelation, une nouvelle marque née d’une conviction partagée
Depuis 2005, Anouk Danthe et Olivier Leu travaillent d’arrache pied au lancement de leur propre marque : Revelation. Quelque quatre ans plus tard, le premier prototype est sous toit avec un lancement prévu pour Bâle 2010. Histoire d’une belle et difficile aventure. Première partie*. Lire la suite

Prix Gaïa : Beat Haldimann, un artiste récompensé
Le prix Gaïa, catégorie Artisanat-création, est revenu cette année à un horloger hors du commun. Installé à Thoune, Beat Haldimann réalise des pièces uniques au monde. Portrait d’un véritable artiste soucieux de l’art comme de la manière. Lire la suite

Nonobstant la récession, l’intérêt pour les métiers de l’horlogerie reste intact
Aucune classe n’a dû être fermée. Légère baisse des effectifs toutefois cette année. Les capacités seront cependant augmentées l’an prochain. Lire la suite

Exportations horlogères : l’exception française
A regarder de près les résultats des exportations horlogères suisses pays par pays, on constate que le marché français est des plus dynamiques depuis 2006. Il se distingue notamment des autres pays qui occupent avec lui les places du top 5. Point de vue de Laurent Picciotto, propriétaire de Chronopassion à Paris. Lire la suite

IWC s’embarque à bord du Plastiki
Pour marquer sa volonté d’agir sur le plan de la responsabilité d’entreprise, la manufacture de Schaffhausen a décidé d’apporter son soutien à l’expédition Plastiki de David de Rothschild et à son organisation Adventure Ecology. Lire la suite

Les enchères d’automne débutent en fanfare
Deux records du monde atteints à New York chez Antiquorum, une troisième édition Only Watch menée par Patrizzi & Co à Monaco couronnée de succès, la saison des enchères automnales de montres de collection débute sous les meilleurs auspices. Lire la suite

Parmigiani inaugure un nouveau système d’authentification
En collaboration avec l’entreprise française Prooftag, Parmigiani Fleurier dote désormais ses garde-temps d’un nouveau système d’authenticité et d’origine permettant de certifier chacun de ses produits. Une technologie basée sur le « Code à Bulles™ ». Lire la suite

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved