.
Actualités
Rubriques

Vente

Emploi

Contact

 



Ulysse Nardin a-t-il eu raison de dévoiler ses cadrans en marqueterie de paille et osmium ?
 
Le 31-10-2019

Ulysse Nardin a toujours été à l’avant-garde de l’horlogerie. Donc quand la marque a récemment dévoilé quatre nouvelles éditions limitées Executive Free Wheel – chacune arborant un matériau très inhabituel sur son cadran – je n’ai pas été surprise. Mais je me suis demandé si c’était un coup de génie ou une grosse erreur. Voyons cela de plus près.

Je me souviens avoir rencontré pour la première fois, au début des années 1980, le propriétaire d’Ulysse Nardin de l’époque, Rolf Schnyder. Il était incroyablement passionné par les montres et davantage encore par ce que la marque récemment relancée allait accomplir. Il reconnaissait aussi la nécessité d’être à la pointe de la technologie et repoussait sans cesse les limites. De fait, Ulysse Nardin a été l’une des premières marques à expérimenter le silicium.

Au fil des ans la marque a créé des matériaux brevetés qu’elle utilise pour les mouvements, les composants et même les montres. Aujourd’hui c’est toujours une pionnière, travaillant avec des matériaux avant-gardistes et réalisant des prouesses horlogères novatrices.

Une audace constante

Avec ses dernières montres Executive Free Wheel, Ulysse Nardin prouve une fois encore sa persévérance dans l’audace et la singularité. Les montres Executive Free Wheel, dévoilées pour la première fois l’an dernier, présentent des éléments de mouvement qui semblent flotter librement du côté du cadran pour une architecture créative en trois dimensions qui nous en met plein la vue. Pas vraiment une montre squelettée, car il y a un cadran et seuls certains éléments sont visibles, la Free Wheel est animée par le calibre UN-176 dont la mise au point a duré plusieurs années et repose essentiellement sur la technologie Silicium de la marque.

Chef-d’œuvre d’horlogerie et d’ingénierie, la Free Wheel a malheureusement été un peu éclipsée à ses débuts par les autres innovations d’Ulysse Nardin, comme la Marine Diver, la Freak Vision et une grande collection érotique. En ajoutant ces quatre nouveaux cadrans épatants à la série, Ulysse Nardin ramène habilement l’attention sur les Free Wheel.

Ulysse Nardin Executive Free Wheel Osmium

En se tournant vers l’osmium, l’un des métaux les plus lourds du monde, Ulysse Nardin défie le concept selon lequel les montres légères sont les meilleures. Ce métal extrêmement rare, plus rare que le platine, est aussi très dense et donc très stable, souvent utilisé pour renforcer les matériaux (à ce jour, seul Hublot a utilisé l’osmium dans ses montres). Mais la qualité principale de cet élément est l’incandescence. Son incroyable apparence en forme de cristaux le fait briller comme des millions de minuscules diamants, mais dans une nuance bleu clair magnifique pour un effet absolument envoûtant.

Ulysse Nardin Executive Free Wheel Carbonium® Gold

Un peu comme les taches d’un léopard ou les rayures d’un guépard, le Carbonium® d’Ulysse Nardin, matériau aéronautique composé de fibres de carbone, présente des lignes et des motifs qui se forment naturellement lors de sa fabrication, rendant chaque pièce unique. Le Carbonium® est deux fois plus léger que l’aluminium et c’est une résine composite produite avec des éléments écologiques. Il est réalisé en fusionnant des filaments de carbone avec des particules d’or grâce à un processus de chauffe qui lui donne une sublime allure très high-tech.

Ulysse Nardin Executive Free Wheel marqueterie de paille

Pour cette variante, les artisans d’Ulysse Nardin ont utilisé une technique du 17ème siècle pratiquée autrefois par les nonnes dans les couvents : la marqueterie de paille. A l’aide de matériaux naturels ultra légers, les artisans travaillent la paille teintée de noir en motifs inhabituels pour le cadran et le couvercle de barillet. Chaque brin de paille est coloré avec de la teinture pour tissu, coupé individuellement et préparé avec une finition lisse et brillante qui apporte profondeur et dimension au cadran.

Ulysse Nardin Executive Free Wheel Aventurine

L’Executive Free Wheel Aventurine, avec ses mouchetures dorées évoquant un ciel étoilé, présente un cadran en quartz aventurine (contrairement au feldspath ou au verre) d’une intense couleur bleue (la pierre existe aussi en orange ou vert jade). Même si j’adore généralement les cadrans en aventurine, dans ce cas, avec des roues dorées et des éléments visibles du mouvement, il ne me semble pas complètement convaincant.

Chacune de ces montres est logée dans un boîtier en or 18 carats, produite à seulement 18 exemplaires et vendue au prix de $ 99'000, sauf l’Osmium, qui coûte $ 102'000.

Ulysse Nardin : fou ou génial ?

Avec ces nouvelles versions, particulièrement les modèles Osmium et Carbonium® Gold, je crois qu’Ulysse Nardin a tapé dans le mille. La marque est restée fidèle à ses racines et a redoublé d’efforts avec de nouveaux matériaux audacieux. Même la marqueterie de paille a quelque chose de singulier à offrir et respecte des techniques et des artisanats ancestraux en les incorporant dans une pièce visionnaire. De plus, en dévoilant ces éditions limitées, la marque souligne plusieurs facteurs importants de son héritage : esprit pionnier, haute horlogerie et engagement d’amener la marque vers de nouveaux sommets.

World Tempus

 



Copyright © 2001 - 2019 Inter Group News All Rights Reserved