Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Cyril Brivet-Naudot ressuscite l'artisanat horloger français
 
Le 25-06-2018

L'horlogerie hexagonale renaîtrait-elle ? Avec son Eccentricity, montre française 100 % artisanale, un jeune horloger remonte le temps avec talent.

Il s'appelle Cyril Brivet-Naudot, et il est allé au bout de son ambition : réaliser une montre entièrement conçue et fabriquée à la main (sans machine à commande numérique). Excentrique ? Sans doute un peu. Mais compétent et décidé, sûrement !

Il aura fallu trois années de conception et de fabrication à ce diplômé de l'école d'horlogerie de Morteau (France) et de l'École polytechnique fédérale de Lausanne (Suisse) pour atteindre son objectif : créer un garde-temps d'exception, entièrement fabriqué à l'ancienne. Une démarche profondément artisanale. Pourquoi se compliquer ainsi la tâche ? Le jeune horloger craint, à raison, à l'heure de la numérisation de la fabrication (CNC) et de la segmentation des nombreuses facettes du métier d'horloger, que le savoir-faire horloger finisse par disparaître.

Composants faits main

Cyril Brivet-Naudot est donc parti d'une feuille blanche et d'un crayon pour créer sa montre. « Je ne suis pas parti d'un mouvement existant ni de fournitures standard, mais j'ai conçu et dessiné chaque pièce sur mesure, adaptée aux pièces qui l'entourent, dans une quête d'harmonie. » Ici, à l'exception des composants dont la fabrication ne relève pas directement des savoir-faire de l'horloger (comme les rubis ou la gravure main) ou nécessitant des alliages introuvables dans le commerce, tous les composants ont été fabriqués à la main dans son atelier : la platine, les neufs ponts séparés, les roues et les pignons, toutes les vis, des plus grosses aux plus petites, le balancier et ses masselottes de réglage, l'intégralité de l'échappement, les cadrans en argent et en verre, le boîtier avec ses dix-huit vis en inox et ses cornes rapportées, les pièces du piton mobile et des chatons, la clef double et les innombrables goupilles... Un travail inimaginable à l'heure des machines-outils et des composants achetés en Chine... Seuls les rubis, le ressort de barillet, le spiral, le verre et le bracelet n'ont pas été fabriqués en interne.

Esprit XIXe siècle

Côté technique, le jeune homme a opté pour l'échappement libre excentrique, inventé en 1860 par Louis Richard, et remanié et modernisé par Cyril Brivet-Naudot en partenariat avec un ami horloger, Luc Monnet. Cette Eccentricity, première montre équipée d'un tel mécanisme, possède ainsi un affichage de l'heure original et mystérieux fait d'un cadran des minutes tournant et d'un cadran des heures embarqué. Dernier clin d'œil aux montres du temps jadis : le choix d'un remontage manuel à clef, qui permet au passage de s'affranchir esthétiquement de la couronne.

Le style de cette pièce hors du commun, presque eiffelienne, s'inspire des garde-temps français du début du XIXe siècle : ponts grainés et dorés, vis bleuies, roues aux ouvertures particulières, vis à la tête ornée de deux trous excentriques. L'architecture de l'ensemble permet de voir le balancier osciller mystérieusement à côté du cadran. Hypnotique !

Cette première création, l'Eccentricity se veut la première d'une série de pièces uniques. Chaque montre commandée permettra des personnalisations plus ou moins importantes : matière du boîtier, forme des ponts, ajout de complications (réserve de marche, quantième, tourbillon...).

www.lepoint.fr

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved