Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Plus d’un siècle de relations intimes entre montres et automobiles
 
Le 08-05-2018

Voitures et montres sont des monstres de technologie et de design. Après le Salon de l’auto de Genève, l’occasion était trop belle d’explorer plus d’un siècle d’histoire entre ces deux univers.

Un moment semble cristalliser le point de départ de la relation entre montres et voitures : le début des courses automobiles, quand les pilotes ont souhaité suivre avec précision leurs performances. Même si, aujourd’hui, les pilotes disposent de technologies qui ont supplanté les montres sur les circuits, l’héritage et la tradition ont su garder et même renforcer cette relation privilégiée. Le « Paris-Rouen », qui s’est déroulé en 1894, est la première compétition automobile de l’histoire. La course, organisée par Pierre Giffard, journaliste au Petit Journal, afin de relancer l’intérêt pour le titre, ne parvint pourtant pas à attirer les foules. Sur les 102 concurrents inscrits, seuls 26 véhicules prirent part à la compétition ; nul besoin de mentionner les nombreux aléas et contretemps qui ont émaillé cette grande première…

Il faut attendre les années 1930 pour voir les pilotes adopter des montres pour analyser leurs performances. Une décennie plus tard, le fondateur de Rolex, Hans Wilsdorf, fort d’une intuition géniale, convainc sir Malcolm Campbell de porter une Rolex Oyster lorsqu’en 1947 le pilote britannique pulvérise une nouvelle fois le record de vitesse sur terre. Mais si Rolex a été le pionnier du placement produit, la marque la plus influente dans le monde automobile est sans conteste TAG Heuer. Dès 1911, Heuer fournissait déjà les premiers chronographes de tableau de bord, les bien connus Master Time et Monte Carlo. D’ailleurs, une des montres les plus populaires de la marque, la Heuer Autavia, a d’abord été un chronographe de tableau de bord avant de devenir une montre-bracelet en 1962.

Dans les années 1950, Heuer devient rapidement un standard apprécié des pilotes, du fait de la lisibilité proposée par ses montres ; dans les années 1960, la marque innove en créant les premiers chronographes automatiques avec ses modèles Carrera et Monaco. Le Heuer Caliber 11 est d’ailleurs le premier chronographe automatique de l’histoire. Après la crise du quartz dans les années 1970 et le come-back des montres mécaniques et des chronographes automatiques, la relation entre monde automobile et monde horloger n’a cessé de se renforcer. Zenith présentait son fameux El Primero en 1969, tandis que Breitling lançait la première version automatique de sa Chronomat.

Retour vers le futur
Si les montres ne sont plus vraiment utilisées pour analyser les performances des pilotes, l’affection réciproque entre sport automobile et monde horloger n’a jamais cessé. Les collaborations vont d’ailleurs bien au-delà du simple aspect commercial ; elles repoussent les frontières du design, de la technologie et des matériaux. Morceaux choisis.

Orfina & Porsche - 1972

Cette collaboration est le premier exemple où le design d’une voiture a influencé celui d’une montre. La Porsche 911 a deux spécificités : un tachymètre et un compte-tours de couleur noire, pensés pour ne pas éblouir le conducteur. Une inspiration qu’on retrouve dans la montre avec son cadran noir. À l’époque, la montre à cadran noir aurait facilement pu être jugée comme une mode passagère. L’histoire en a décidé autrement !

Girard-Perregaux & Ferrari - 1994

La collaboration « Girard-Perregaux pour Ferrari » a été la première à avoir pour ambition d’intégrer les valeurs d’un constructeur comme Ferrari à l’intérieur d’une montre. La montre issue de cette collaboration est éminemment complexe. Le chronographe à rattrapante couleur or est limité à 499 pièces, un chiffre qui symbolise la philosophie d’Enzo Ferrari consistant à toujours produire une unité de moins que ce que le marché demande. L’alliage d’aluminium et la fibre de carbone utilisés pour le boîtier incarnent l’esprit Ferrari caractérisé par une obsession pour les prouesses technologiques sans jamais compromettre une esthétique faite main. Ferrari a certes arrêté sa collaboration avec Girard-Perregaux en 2004 mais a continué à nouer des partenariats avec le monde horloger, notamment depuis six ans avec Hublot.

Breitling & Bentley - 2003

Tout démarre en 2002 quand Bentley lance la voiture la plus puissante jamais produite : la Bentley Continental G, à bord de laquelle on trouve une horloge Breitling. L’année suivante, Bentley revient aux 24 Heures du Mans et gagne la course. Pour célébrer cette victoire, Breitling dévoile une collection en édition limitée, Bentley Le Mans, très rapidement en rupture de stock. Cet événement fondateur sera bientôt suivi par la collection Breitling for Bentley, composée de pièces d’exception. Les mouvements sont à haute performance, reflétant la puissance des moteurs Bentley, avec de subtiles références au design des voitures comme le nid d’abeilles caractéristique de la grille du radiateur.

Roger Dubuis & Lamborghini - 2017

Conscient que ses clients sont aussi fans de voiture et de courses automobiles, l’audacieux horloger Roger Dubuis a annoncé en 2017 un contrat de cinq ans avec Lamborghini Squadra Corse. La première montre issue de ce partenariat : l’Excalibur Aventador S. Fabriquée en fibre de carbone, un matériau que Lamborghini utilise depuis longtemps pour ses châssis, la montre dispose de deux échappements et d’un mouvement entièrement nouveau inspiré du bloc-moteur de la Lamborghini Aventador. Les caractéristiques innovantes du calibre de la montre, qui adaptent cinq éléments essentiels des voitures de course haute performance, sont protégées par cinq brevets correspondants.

Tissot & Alpine - 2018

Tissot et Alpine ont une longue amitié derrière eux, Tissot ayant sponsorisé de nombreuses voitures de course Alpine. Ils se retrouvent aujourd’hui avec un nouveau chronographe mécanique, le modèle PRS 516 Alpine « Édition Limitée inspiré par la PR 516, montre emblématique des années 1960 qui rappelait les voitures de course avec son design élégant et ses fonctionnalités high-tech, comme un robuste mouvement à suspension. La nouvelle PRS 516 est tout aussi impressionnante avec un cadran en carbone léger qui contraste avec la lunette en céramique noire et les aiguilles luminescentes. Petit détail au passage : l’appellation « Alpine » gravée sur la carrure du boîtier.

Richard Mille & McLaren - 2018

Un nouveau partenariat a été annoncé au 88e Salon international de l’auto de Genève entre Richard Mille et McLaren Automotive. Après la RM 50-03 présentée au SIHH 2017, soit le chronographe à tourbillon le plus léger au monde avec ses 40 grammes bracelet inclus, fruit d’une première collaboration, la RM 11-03 est la première montre produite en équipe, résultat d’une vision commune entre Rob Melville, designer McLaren, et Fabrice Namura, ingénieur Richard Mille. Utilisant des matériaux high-tech et s’inspirant de l’esthétique automobile de McLaren, la montre allie performance et style. Limitée à 500 pièces, la RM 11-03 est réservée en priorité aux propriétaires d’une McLaren Ultimate Series.

Par William McNish
FHH JOURNAL

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved