Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Le franc suisse face au statu quo monétaire
 
Le 29-06-2018

Dans le monde des banquiers centraux, l’observateur avisé peut reconnaître une divergence globale parmi les différentes politiques monétaires. D’un côté, outre-Atlantique, la Réserve fédérale américaine a récemment exprimé son intention de continuer sa politique de normalisation, voulant augmenter son taux directeur encore deux fois cette année. La Banque centrale d’Angleterre est dans le même camp. De l’autre côté, la Banque centrale européenne, mais aussi la Banque Nationale Suisse, ont récemment exprimé un message de prudence. En particulier, la BNS semble ne pas vouloir modifier sa politique expansionniste actuelle. Les indices sont nombreux.

Premièrement, même si les indicateurs économiques pour la conjoncture globale restent encourageants, les «risques sont orientés à la baisse», selon l’appréciation de la BNS. Message de prudence donc, vu les tensions sur le plan international et les tendances protectionnistes. Deuxièmement, la BNS a révisé à la baisse sa prévision d’inflation à partir de mi-2019, changement par rapport aux prévisions faites en mars. Un troisième point concerne le taux de change. Selon la BNS, le franc suisse se situe toujours à un «niveau élevé».

Un changement de politique monétaire dans ce cadre risquerait d’accentuer ce niveau jugé «élevé». En effet, par rapport à son homologue européen, le franc suisse continue de fluctuer autour du cours actuel de 1.15, et devrait continuer d’évoluer autour de ce niveau. Sur le plan pratique, cette année, pour un résident suisse lambda, les vacances d’été en Europe seront moins chères que les vacances de Pâques, où un euro se traitait encore à 1.20 par rapport au franc suisse.

Gero Jung, chef économiste Mirabaud Asset Management
24heures.ch

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved