Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



La compétitivité suisse mise à mal par la force du franc
 
Le 24-05-2018

Selon l’édition 2018 du classement mondial de l’IMD, les Etats-Unis de Donald Trump ont ravi la première place à Hongkong, tandis que la Suisse passe de la seconde à la cinquième place

Selon l’édition 2018 du classement mondial de la compétitivité de l’IMD, la Suisse a dégringolé à la 5e place alors qu’elle occupait la deuxième place en 2016 et 2017. Il n’y a toutefois pas de quoi s’alarmer. Arturo Bris, professeur de finance à l’IMD et principal auteur du rapport, impute la chute à l’appréciation du franc suisse qui a frappé les exportations. Pour un pays qui gagne un franc sur deux à l’étranger, le taux de change compte.

«C’est un phénomène temporaire et l’économie suisse retrouvera sa vigueur dès la fin de la volatilité des taux de change», relativise Arturo Bris. L’euro valait 1,09 franc il y a pile une année; mais il en fallait 1,16 franc mercredi. Les exportations ont certes progressé au premier trimestre 2018, mais que de 0,2%. A contrario, les importations ont grimpé de 4,1%. Selon les douanes suisses, le pays a enregistré son plus faible excédent commercial depuis quatre ans et demi.

Cadeaux fiscaux de Trump

Les Etats-Unis ont eux ravi la première place à Hongkong. L’an dernier, ils étaient quatrièmes. Viennent ensuite Hongkong, Singapour et les Pays-Bas. Pour effectuer son classement, l’IMD tient compte d’une foule d’indicateurs, allant des données macroéconomiques à la qualité des infrastructures, en passant par l’efficacité de l’Etat et celle du secteur privé, les coûts de production, la législation ou encore l’environnement politique.

Pour Thomas Costerg, économiste chez Pictet Wealth Management, la première place des Etats-Unis s’explique par les réformes et cadeaux fiscaux consentis par l’administration Trump. «En baissant le taux d’imposition pour les entreprises de 35% à 21%, l’administration Trump a donné une grande impulsion à la compétitivité américaine, dit-il. L’amélioration des conditions-cadres aux Etats-Unis a ainsi péjoré la compétitivité des autres pays.»

En effet, l’IMD en tient compte et explique la chute de la Suisse aussi à cause d’un certain stress qui règne dans le pays. «Il vient de la peur de délocalisation et de perte d’emplois ainsi que des transferts des fonds qui pourraient retourner aux Etats-Unis», explique Arturo Bris.

Ram Etwareea
LE TEMPS

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved