Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Une fondation suisse lutte contre le commerce illégal dans le luxe
 
Le 30-04-2018


Au cours de l’année 2017, il s’est produit en Suisse deux fois plus de braquages de bijouterie qu’en 2016. ProVeros se dédie à cette lutte.

En Suisse, en 2017, le nombre de braquage a doublé par rapport à 2016, selon les données de la police fédérale. Ces actes de banditisme ont lieu régulièrement dans de nombreux pays. Face à cela, des experts de la sécurité et de la sûreté ont décidé de créer ProVeros.

Cette fondation suisse à but non lucratif, basée à Préverenges, est dédiée à la lutte contre le commerce illicite et développe des plateformes technologiques pour y pallier. Son Conseil de Fondation est composé de Margot Stuart, présidente; Amb. Adam Blackwell, secrétaire; Scott A. Warren; Sandra Dängeli et Pierre Kupferschmid.

«La Suisse est le centre de gravité de la haute horlogerie, avec la production et les sièges sociaux des principaux acteurs mondiaux. L’attractivité des produits de luxe et spécialement ceux de la haute horlogerie est très forte pour le crime organisé. Les réseaux de recel sont indispensables aux braqueurs et cambrioleurs pour écouler leurs butins. Notre outil VerifyIT, développé par ProVeros, permettra la traçabilité des montres volées, à l’échelle européenne, voire mondiale», explique Pierre Kupferschmid, membre du comité de ProVeros.

Selon les données de la police fédérale, moins de 5% des produits de luxe volés sont retrouvés. Ce qui signifie que les malfaiteurs ont plus 95% de chance de revendre ces produits, sans risque.

Aucune base de donnée centralisée et partagée n’existe. Ni en Europe. Ni dans le monde. La plateforme VerifyIT veut renforcer la collaboration entre les partenaires: les polices nationales; l’industrie du luxe et les assureurs. Un tel partenariat public-privé est unique dans le domaine de la sécurité des objets de luxe.

«Cette base de données mettra à disposition des enquêteurs les références et descriptions des montres volées. Les cas de recel suspectés seront confirmés par une simple requête en ligne du policier. Et le malfaiteur sera immédiatement inculpé. C’est une énorme simplification des procédures. Actuellement cela peut nécessiter des semaines, voire des mois pour des affaires internationales», indique Pierre Kupferschmid.

Au-delà de cette application B2B, il est à terme imaginé que l’acheteur puisse savoir si la montre de seconde main qu’il souhaite acheter n’a pas été volée. Pour cela une application B2C sera disponible dans une seconde étape. ProVeros envisage également de s’adresser aux sites de vente aux enchères, comme eBay ou Ricardo, afin de les aider à ne pas mettre en vente des produits volés.

Cette initiative bénéficie du support d’Europol, de la police fédérale et de plusieurs polices cantonales. Des accords ont déjà été conclus entre ProVeros, des acteurs de l’industrie horlogère suisse et des assureurs, dont notamment Audemars Piguet, l’assureur XL Catlin, le broker Willis à Londres, qui acceptent d’être cités.

Le coût de la plateforme, qui comprend son développement, sa maintenance et ses services associés, dont la sécurité, s’élève à 300.000 francs suisses par an. Soit 10.000 francs par an et par acteur si les principaux acteurs participent à cette initiative.

«Cet investissement est très faible au regard des centaines de millions de francs dépensées par année pour la protection des boutiques et des manufactures de l’industrie de la haute horlogerie. Ces dépenses se font actuellement dans la vidéosurveillance, les sas de sécurité, les agents de sécurité. Elles visent à rendre les cibles des malfaiteurs plus difficiles à attaquer. VerifyIT aborde le sujet autrement et vise à diminuer la demande de produits volés. Cela s’additionne aux efforts déjà effectués pour protéger les personnes et les biens et rendre notre monde un peu plus sûr», précise Pierre Kupferschmid.

«Il faut comprendre que les braquages sont d’une violence inouïe pour la communauté, les clients et le personnel en boutique. Il s’agit de réelles opérations commandos, menées souvent en plein centre-ville. Ce fut encore le cas en 2017 avec la bijouterie Kunz, où une dizaine de coups de feu furent tirés en ville de Genève. Et même lorsqu’il n’y a pas de blessé, les personnes impliquées malgré elles dans ces attaques sont choquées, parfois traumatisées à vie. Si ces réseaux de crime organisé n’arrivent que difficilement à écouler ces montres volées, grâce à la contribution de notre plateforme VerifyIT, alors la partie sera gagnée», s’enthousiasme Pierre Kupferschmid, qui cumule une vingtaine d’années d’expérience dans la sûreté, dont plusieurs au service d’une multinationale du luxe.

En termes de protection des données, VerifyIT fonctionnera comme Gateway. «Alors qu’aujourd’hui l’email est encore largement répandu pour échanger des informations sur les produits volés entre les différents partenaires, VerifyIT sera une passerelle. Il s’agit d’un système sécurisé et intelligent, qui permet d’échanger des données en toute sécurité, sans les conserver centralement», rassure Pierre Kupferschmid.

Cet article vous est offert par Swissquote
Elsa Floret

AGEFI

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved