Recherche avancée
Salons & Moteurs du groupe
A PROPOS
Nos chiffres

Témoignages

Mise relation d'affaires

Contact

 



Regroupement des cadraniers et boîtiers Hermès
 
Le 25-05-2018

Nés de la volonté de réunir la production de boîtes et de cadrans, les Ateliers d’Hermès Horloger offrent aux marques un service unifié, performant et réactif avec pour objectif la recherche de l’excellence et la garantie de la confidentialité.

Tout a commencé en 1912 alors qu’Emile Hermès demande à ses artisans sellier-maroquiniers de créer pour sa fille Jacqueline un bracelet de cuir pour enrober sa montre de poche afin de la protéger. Fin des années 1920, le magasin historique d’Hermès, situé au 24 du Faubourg Saint-Honoré à Paris, s’ouvre à l’horlogerie. Cinquante ans plus tard, en 1978, la maison installe sa filiale horlogère à Brügg, village situé aux abords de Bienne. Tout au long de ce chemin horloger de plus d’un siècle, la marque s’est alliée les précieux services de différents fournisseurs en s’engageant financièrement dans leurs entreprises ou en les rachetant tout simplement.

L’année 2006 a marqué une grande avancée pour Hermès dans sa démarche auprès de ses fournisseurs. Après s’être dotée d’un atelier spécialement dédié à la fabrication de bracelets en cuir, la maison s’est engagée financièrement auprès de Vaucher Manufacture Fleurier, concepteur de mouvements. Elle a totalement acquis la firme Natéber SA en 2012. Elle a également pris des parts dans l’entreprise Joseph Erard SA, constructeur de boîtes, rachetée dans son intégralité en 2013.

Le cadran

Si le mouvement est l’âme d’une montre, le cadran en est l’expression, l’un des éléments clés de son esthétique. Depuis 1972, Natéber s’attache à le démontrer.

De la matière de base jusqu’à la pièce finie, pas moins de vingt manipulations entrent dans le processus de fabrication d’un cadran dit simple et jusqu’à soixante pour un cadran dit compliqué. Dans l’atelier d’un artisan-cadranier, la logique industrielle n’est pas toujours celle qui prime: chaque nouveau modèle demande la mise en place de solutions techniques innovantes. Une manière de faire qui exige polyvalence et souplesse de la part des collaborateurs.

Un fabricant de cadran est un touche-à-tout, une sorte d’alchimiste qui doit connaître les propriétés et secrets d’une grande variété de matières telles que le laiton, l’or, l’aluminium, la fibre de carbone, la nacre, parfois l’émail et les pierres précieuses.

La fabrication d’un cadran commence dans l’atelier de mécanique, qui conçoit l’outillage nécessaire, les étampes et les posages spécifiques. Il se termine dans celui qui est dédié à l’assemblage des nombreux composants. Entre la première et la dernière étape, sans compter les multiples allers et retours et les différents protocoles de contrôle, chaque pièce accomplit un long périple. Elle visite au moins sept autres ateliers: polissage, décors, galvanoplastie, vernissage et laquage, décalque et parfois sertissage.

Le boîtier

Elément essentiel de l’habillage horloger, le boîtier se doit d’être fonctionnel, durable et robuste. Etablie au Noirmont, l’entreprise familiale Joseph Erard en a fait sa spécialité.

La fabrication d’une boîte, c’est d’abord l’art de travailler les métaux nobles: l’acier, l’or et le titane, parfois aussi des matériaux plus rares comme le platine et le palladium. C’est ensuite le travail des ingénieurs, qui transforment les idées en plans de fabrication. Et enfin, c’est la maîtrise de la réalisation. Cette dernière peut prendre des voies très différentes selon les objets: usinage ou étampage.

Enfin, les différents composants de la boîte ainsi obtenus devront encore être terminés avant d’accueillir le moteur de la montre. Bon nombre de traitements les attendent: polissage, soudage, assemblage, sans compter le contrôle final et les tests d’étanchéité.

Les Ateliers d’Hermès Horloger

En 2009, Joseph Erard a installé ses quartiers dans un bâtiment industriel flambant neuf de 2’000 m2, sis dans la zone industrielle du Noirmont. Natéber a transféré ses activités sur ce site à fin 2016, donnant ainsi naissance aux Ateliers d’Hermès Horloger.

Depuis presque deux ans, Richard Delacrétaz, directeur des opérations, et Fredéric Jenny, directeur technique et qualité, se sont attelés à organiser la conception et la fabrication de ces deux composants horlogers essentiels à la montre - boîtier et cadran - afin de rationaliser le travail au maximum. Le but étant de réaliser une montre Hermès dans son intégralité en dix jours. Même si la partie montage (T2) se fait au sein des ateliers horlogers de Brügg, Richard Delacrétaz tient à cet ambitieux objectif et y travaille durement.

Pour ce faire, les étapes de conception des cadrans et des boîtes ont été étudiées et conçues en lignes ou en îlots, ce procédé permettant un gain de temps considérable. Mais tout le processus commence au bureau technique «Montre» où une petite dizaine d’ingénieurs travaille à la conception et à l’industrialisation des produits, du prototype à la série. Les dossiers de plans détaillés, les processus de fabrication, tout comme les outils nécessaires à la production sont définis au sein de ce bureau. Ce processus garantit ainsi la fabrication d’un produit de qualité fiable et robuste dans le respect des règles de confidentialité chères à l’entreprise.

La réalisation des composants passe également par l’atelier d’outillage où quatre mécaniciens spécialisés travaillent à la réalisation des outils nécessaires à la production, notamment les étampes qui permettent de réaliser les formes souhaitées par la création. Primordial, cet espace est d’une grande réactivité permettant ainsi un conséquent gain de temps.

Dotés d’un parc de machines ultraperformant - usinage 5 axes, préparation au polissage, lavage - tous les ateliers sont organisés selon la méthode 5S, qui offre un espace de travail fonctionnel et propre, permettant ainsi d’augmenter la productivité et la qualité. Une galvanoplastie dotée de 24 bains, reliée à une station ultramoderne d’épuration des eaux, complète le processus de fabrication des cadrans.

Que ce soit au niveau du cadran - découpage, soudage, usinage, polissage, traitement de surfaces tels que soleillage, satinage ou ponçage, vernissage-laquage et zaponage, décalque ou encore sertissage - que du boîtier - étampage, usinage, préparation de surface, polissage et montage - les Ateliers d’Hermès Horloger maîtrisent toutes les étapes de fabrication de ces deux composants horlogers. La maison est également équipée pour effectuer le montage des garde-temps qui se fait sous flux laminaires.

Ecologie

Installé en pleine nature, le site du Noirmont a été pensé pour réduire l’impact écologique de la production ainsi que de son empreinte carbone. Si le bâtiment est aujourd’hui chauffé grâce à des pompes à chaleur, il le sera grâce au bois dès l’hiver prochain par le biais d’un projet central de chauffage de quartier. Deux stations d’épuration s’occupent du traitement des eaux usées, tout spécialement celles issues de la galvanoplastie. Tout comme la maison Hermès, les ateliers horlogers sont certifiés RJC (Responsible Jewelry Council).

Dotés de moyens de production ultramodernes et d’un savoir-faire séculaire, les Ateliers d’Hermès Horloger desservent bien sûr la marque Hermès, mais offrent également leurs services à toutes autres maisons horlogères. Confidentialité et discrétion restant les maîtres-mots de la maison.

Fédération de l'industrie horlogère suisse

 



Copyright © 2001 - 2018 Inter Group News All Rights Reserved